[AVIS] Sous maillot EKOI THERMO EVO : L’alliance parfaite de chaleur et performance pour cyclistes

Le compagnon idéal pour vos sorties hivernales : Test du Sous-Maillot EKOI THERMO EVO

Le sous-maillot EKOI THERMO EVO Col haut noir est conçu pour des sorties automnales ou hivernales.

Il est recommandé pour des températures jusqu’à 0 °C, en combinaison avec un maillot à manches longues et une veste thermique.

Cela fait plus d’un an que j’ai eu le dessous comme cadeau de Noël d’un proche. J’ai attendu de faire suffisamment de sorties, de mal l’utiliser et voir la tenue dans le temps avant de donner mon avis. J’ai fait plus de 20 sorties et autant de lavages.

Je ne compte pas encore les « kilomètres » et nombre de sorties de ces effets. Ils durent longtemps (très) puisque le plus ancien que j’ai a plus de 4 ans de vie, d’innombrables lavages et toujours en très bon état général et d’efficacité.

Caractéristiques techniques

Composition du sous-maillot.

Il est composé de 75 % de MERYL NEXTEN®, 15 % de polyester, et 10 % d’Elastane.

MERYL NEXTEN® Quézako ?

Le Meryl® Nexten est une fibre synthétique de type polyamide et une marque déposée (depuis juin 1998 en France) par la société espagnole NYLSTAR. Cette entreprise est réputée pour ses tissus techniques.

Elle est plus légère, serait plus absorbante que les polyamides standard tout en étant plus respirante et assurant un séchage plus rapide.

J’ai fait une petite annexe en fin d’article sur les fibres synthétiques. J’avoue que je ne connaissais pas toutes ces subtilités avant de rédiger l’article.

Une fibre « creuse », ça ne vous dit rien ?

En voyant la « fiche de précaution », je me suis dit que j’avais déjà vu ce terme quelque part.

Précautions
Précautions

Figure-toi que c’est ce type de fibre qui est utilisé dans…

Les COUETTES !!! En tout cas, celles qui ont un garnissage synthétique. Et là, on se dit quand même que ça change tout niveau chaleur produite/ressentie.

Les fibres creuses synthétiques sont des matériaux innovants utilisés dans divers produits de la vie courante. Leur structure unique, composée de canaux vides à l’intérieur des fibres, leur confère une excellente isolation thermique tout en restant légères.
Ces fibres sont également connues pour leur capacité à évacuer l’humidité, elles sèchent rapidement et offrent une bonne durabilité.
Dans la vie quotidienne, ces fibres sont fréquemment utilisées dans les vêtements techniques, les sacs de couchage, les doublures de manteaux d’hiver et certains tissus d’ameublement et de maison, où l’isolation et le confort sont essentiels.

Du coup, la « MERYL NEXTEN » serait un peu le graal de la fibre creuse ? C’est sous cet angle que j’ai vu cela de façon amusante. Je porterai donc une couette miniature sous ma veste. 😀

Propriétés

Évacuation de la transpiration

Finalement, c’est la base d’une première couche technique pour le vélo. Ce n’est donc pas une révolution.

Tous ceux que j’ai eus avant effectuaient parfaitement ce travail.

Effet seconde peau

Je suis toujours assez circonspect sur cette allégation, car je pense que c’est une question subjective.

Je me suis toujours dit qu’un vêtement (sportif de surcroît) est développé pour être confortable. Sûrement naïvement.

Ce dont je ne peux parler

Il serait anti-allergique, anti-odeurs et antibactérien.

Difficile à vérifier pour moi qui n’a jamais eu de problème avec les vêtements techniques pour le moment. Je ne suis pas équipé pour faire des tests bactériens non plus.

Bad smell

Pour les odeurs, j’ai toujours cette impression en rentrant, mais c’est un ensemble.

D’un autre coté, la seule chose à laquelle on aspire en rentrant d’une sortie c’est prendre une bonne douche.

À l’utilisation.

Confort et ajustement.

Il paraît minuscule par rapport aux deux maillots techniques que j’ai.

La première chose que je me suis dite avant de le mettre pour la première fois ?

« C’est trop petit, je ne vais jamais pouvoir rentrer dans ça !! » C’était pourtant la bonne taille.

J’ai pensé qu’il devait être beaucoup plus fragile ainsi qu’au risque des manches et du bas du dessous qui remontent sur le vélo.

C’est assez surprenant quand on l’enfile, car c’est très extensible et très près du corps sans que l’on ressente une pression du type « trop serré ». L’effet « seconde peau » est très agréable et on sent vraiment la légèreté. À vrai dire, une fois enfilé, on ne le ressent quasiment plus sur la peau.

C’est une sensation presque étrange les premières fois.

Comme je m’en doutais, on sent qu’il ne faut pas « brusquer » le sous-maillot quand on l’enfile.

Heureusement, je n’ai entendu aucun craquement durant les enfilages ni senti de fragilité particulière.

J’ai beaucoup apprécié la longueur des manches et du torse possible. Pour moi qui suis assez grand (je mesure 1,88 m), je peux mettre les manches au niveau de mes poignets sans forcer et descendre le dessous assez bas. Le col haut fait remonter la chaleur vers la tête.

Ajustement parfait.

Et super point, cela ne bouge pas. Les manches ne remontent pas, la partie basse non plus.

Revers de la médaille ? On a chaud très vite.

J’ai vraiment eu la sensation qu’il produisait de la chaleur. Cela m’oblige à mettre la veste au dernier moment. Sinon je meurs de chaud à l’intérieur.

Avant une sortie
Avant une sortie

Cela m’a fait bizarre, car mes autres sous-maillots sont neutres en termes de température ressentie.

Sur le vélo

C’est le point le plus important pour un vêtement de vélo soumis à des positions particulières et du mouvement.

Premiers tests « extrêmes »

Selon moi, la meilleure façon de tester du matériel est de l’utiliser en testant ses limites et dans des conditions qui font que l’on voit précisément ce qu’on peut en attendre. Au risque que ça ne passe pas du tout.

Je précise que cela peut être « dangereux » si on ne prend pas quelques précautions. L’hypothermie peut entraîner de graves conséquences. J’ai donc fait des itinéraires que je pouvais raccourcir, amené plus de ravitaillement (barres et bidons plus chargés) afin de pallier une défaillance lors du test.

Dans le cas de ce maillot, il fallait que je constate en situation à quel point il est plus chaud que ceux que j’avais dans la limite basse de la veste associée. Temps idéal pour ce test : température inférieure à 7 °C, de la pluie et du vent. La nuit est un plus, car la température chute brutalement entre le crépuscule et la nuit. La température ressentie est plus basse que la journée même quand elle ne varie pas.

Mes conseils pour faire du vélo la nuit dans cet article : Rouler la nuit : pourquoi ? comment ?

En effet, la veste que j’utilise majoritairement dans les conditions pluvieuses a comme plage de température optimale 7-15 °C avec un maillot « classique » comme le VAN RYSEL
sous Vêtement Vélo route Training
. En tout cas il n’est pas thermique.

Pour la veste : Veste Vélo Route manches longues coupe pluie convertible — RACER jaune

Pour avoir tenté de l’utiliser à 6/7 °C : on a froid avec. À moins que la sortie soit très intense, et encore le moindre arrêt glace instantanément les sensations physiques.

Quelques images de ces moments épiques pour la bonne cause.

Vent fort et pluie
Sortie pluvieuse
2 sorties hivernales

J’ai volontairement laissé le son pour partager l’ambiance. 🙂

Je peux dire que non seulement je n’ai pas eu froid, mais j’ai trouvé la régulation de la température vraiment bien. Y compris dans les moments plus intenses.

J’ai pu utiliser la veste a des températures d’environ 2/3° sous la pluie tout en étant confortable avec de la chaleur. INCROYABLE !

Et même des situations humides avec des températures proches de 0°.

Malheureusement (enfin heureusement pour moi), je ne pourrais pas parler de ce que ça donne quand on est mouillé par de l’eau extérieure (pluie). La veste est très efficace et je n’ai jamais pris l’eau à ma connaissance.

Ce que je peux dire c’est qu’il évacue très efficacement la transpiration et je n’ai jamais eu la sensation d’être mouillé avec le sous-maillot. L’évacuation de l’humidité est optimale.

Efficacité dans différentes conditions météorologiques.

Après mes premiers tests concluants, j’ai pu l’utiliser avec des températures négatives avec ma veste hiver. VAN RYSEL RACER EXTREME

VESTE VELO_VAN_RYSEL-RACER EXTREME Jaune
VESTE VELO_VAN_RYSEL-RACER EXTREME Jaune

Je l’avais toujours utilisé avec le VAN RYSEL sous Vêtement Vélo route Training (ou le BTWIN AEROFIT 900) de façon relativement confortable. Il m’est arrivé d’être « au frais » après de longues heures, mais sans être transi de froid.

Comme lors de cette sortie froide et pluvieuse de décembre.

Le sous maillot EKOI THERMO EVO apporte plus de chaleur et un meilleur confort, notamment pour les sorties humides et les sorties où le vent est bien présent. Le brouillard rend les sorties glaçantes quand la température est basse et négative.

La sortie la plus froide que j’ai faite ? -7 °C avec uniquement la veste hiver. C’était parfait.

Plage d’utilisation

Depuis, j’ai modifié ma répartition d’utilisation des différents maillots.

J’utilise le sous-maillot EKOI THERMO EVO dans les conditions suivantes :

      • Sorties pluvieuses avec une température inférieure à 7 °C avec la veste de mi-saison. Pendant les sorties sèches si j’ai un doute sur la météo. Ça me permet d’avoir moins froid en cas de loupé (ou trop chaud :-D). Loupé de la météo ou mauvaise évaluation de ma part.
      • Sorties froides avec une température inférieure à -2 °C avec la veste hiver

Je pense que je pourrais faire une sortie à -10 °C sans problème avec. Je rajouterai un complément dans l’article quand cela arrivera.

Avantages et Inconvénients

Points forts du sous-maillot.

L’ajustement est parfait et le confort durable. Il est très confortable même après de longues heures passées sur le vélo et on ne ressent aucune couture, aucune gêne. Autre point important : il ne bouge pas et il n’est pas nécessaire de se battre avec pour le replacer.

Il paraît qu’il faut éviter de faire de longues sorties l’hiver, mais force est de constater que ça m’arrive très souvent. La dernière en date ? 163 kilomètres avec une température de 2 °C (ressenti 0 voire moins) vêtue du sous-maillot EKOI Thermo EVO et de ma veste hiver.

J’ai fais une série immersive de cette longue et difficile journée en vidéos si ça vous intéresse.

Je me suis infligé cela pour préparer la Rapha Festive.

Limitations.

La seule chose que j’ai à reprocher à ce maillot est sa chaleur. Étonnant n’est-ce pas ?

Pour moi qui ne suis pas frileux, il y a quelques sorties où je mourrais de chaud parce que la température était trop remontée. Et ça, c’est particulièrement désagréable. Je préfère avoir un peu froid que trop chaud.

Si par chance, j’ai la veste convertible, je peux retirer les manches pour faire baisser la température. Autrement j’ouvre la veste à moitié, mais il est très chaud et souvent ce n’est pas suffisant.

Sortie trop chaude
Sortie trop chaude

La plage de température haute est donc très limitée pour moi. Aux alentours de 6/8° et plus ; si le vent n’est pas fort ou qu’il ne fait pas très humide (avec la veste de mi-saison), c’est insupportable.

Évidemment, c’est très subjectif puisque la température ressentie et la résistance à celle-ci sont propres à chacun.

Je n’ose imaginer le niveau de chaleur du sous-maillot EKOI THERMO PLUS COLD EXTREM qui est plus chaud.

Par contre, la plage étendue du EKOI OUTLAST Proactif (-10 °C/+10 °C) me vend du rêve. J’en achèterai un à l’occasion pour le prochain hiver. Si cela peut mettre fin au dilemme du dessous à mettre… le rêve absolu.

Comparaison avec d’autres produits

Vraiment plus léger ?

30 % plus léger ça me paraissait beaucoup alors j’ai fait l’exercice avec mes deux sous-vêtements techniques.

Mes deux autres premières couches semblent plus lourdes quand je les soupèse. OK, mais à quel point ?

ModèleTaillePoids en gDifférence de
poids en %
BTWIN Aerofit 900
(qui n’est plus commercialisé).
L179+44,35 %
VAN RYSEL
Sous Vêtement Vélo route Training
L155+25 %
Sous maillot EKOI THERMO EVO Col haut noirL/ XL124 

La comparaison avec le BTWIN est certainement moins pertinente par rapport à son ancienneté. On voit l’évolution significative entre le Btwin et le VAN Rysel.

Le Thermo EVO est vraiment plus léger que les autres à ma disposition. Cela se ressent au port également.

Mes autres maillots techniques

Le Van Rysel training a la composition suivante : 65 % Polyester, 29 % Polyamide, 6 % Élasthanne

Par curiosité, je suis allé voir la composition du sous maillot technique le plus chaud de la gamme Decathlon (que je n’ai pas) : VAN RYSEL SOUS-VETEMENT VÉLO EXTREME MANCHES LONGUES.

La composition est la suivante : 97 % Polyamide, 3 % Élasthanne Tissu extérieur 100 % Polypropylène.

Je ne pourrais en parler plus, mais la différence de proportion entre polyamide et polyester par rapport au sous-maillot training est frappante. En revanche, aucune plage d’utilisation n’est mentionnée.

Le fait qu’une technologie particulière n’est pas mentionnée laisse à penser qu’il s’agirait de fibres « standard » ou en tout cas moins technique que la MERYL NEXTEN® ?

Cela montre en tout cas que la proportion de polyamide est déterminante pour la chaleur d’un tissu.

Conclusion

Fait intéressant en ces temps où la délocalisation est très présente : il est fabriqué en Italie et est conçu en France.

Une très bonne première couche…

Le sous-maillot Thermo EVO m’a bluffé par sa capacité à produire de la chaleur et son confort durable. Il est bien conçu et le fait de ne pas être gêné par les coutures ou le fait de devoir le replacer est très appréciable.

Les promesses sont tenues et j’en suis très satisfait. Cela a mis une corde à mon arc et un élément dans mon arsenal de résistance aux éléments météorologiques. Sa plage d’utilisation haute est limitée pour moi. Il est cependant parfait quand il est bien utilisé et apporte du confort et plus de chaleur.

Le col haut est un plus et protège mieux en faisant remonter la chaleur sur le cou. Cela évite une entrée d’air avec une zone pas couverte. Aucun conflit avec les cagoules que j’utilise.

« Mais » chaude…

Ce n’est pas vraiment un inconvénient même si j’ai déjà eu très chaud avec. Il faut bien gérer la météo et anticiper une trop forte augmentation durant la sortie.

Pour les frileux et ceux qui ont tendance à se refroidir vite, ce sous-maillot est parfait.

Bien entendu, il faudra faire des tests pour avoir ta propre plage de confort.

Informations complémentaires

Le rapport qualité/prix est très intéressant.

On le trouve aux alentours de 30 € (voire moins) sur le site d’EKOI en période de ventes privées et de soldes.

Un très bon achat.

Entretien

L’entretien est classique. Rien de différent de mes habitudes. Je n’ai donc pas pris de précautions particulières le concernant.

Conseils d’entretien recommandé par EKOI

      • Lavage en machine à 30°
      • Pas d’assouplissant.
      • Pas de sèche-linge.
      • Pas de repassage.

Rien de nouveau.

J’explique ici comment je m’occupe de mes vêtements de vélo.

L’entretien des vêtements de vélo : les astuces essentielles

Un bon entretien des vêtements prolonge leur durée de vie et préserve les propriétés techniques.

Tenue dans le temps

Les lavages en machine n’ont pas altéré le sous-maillot. Il ne s’est pas distendu et n’a pas perdu son extensibilité.

Aucun changement perceptible sur le maillot.

Je n’ai pas eu d’accros ni de déchirure. Il n’est pas aussi fragile qu’il ne paraît même s’il faut le manipuler avec précautions. Comme on devrait le faire avec tous ses vêtements de vélo finalement.


Tu utilises quoi comme sous-maillot pour l’hiver ? Dis moi en commentaire? 🙂


Annexe

Les fibres synthétiques

Les fibres synthétiques sont principalement classées en plusieurs types, notamment le polyester, le polyamide (nylon), l’acrylique, le polypropylène et l’élasthanne pour les plus courantes.

Les différences principales résident dans leurs compositions chimiques et leurs propriétés. Je devrais mettre un « s » à chaque catégorie puisqu’il existe une multitude de matériaux différents (et de marques) pour chacune. Chaque société développe des matériaux avec des propriétés particulières en fonction de l’utilisation voulue. Comme avec les polyamides et le Meryl® Nexten ou le Lycra® et les élasthanne

Polyamide (plus connu sous le nom de Nylon)

Réputé pour sa grande résistance et élasticité, le polyamide est souvent utilisé dans les vêtements de sport et la lingerie. Il est plus doux au toucher que le polyester et offre une meilleure résistance à l’abrasion et à la déchirure. C’est le matériau des fils de pêche, des toiles de parachutes, des bas et plein d’autres types. Sans parler des applications industrielles.

Polyester

Il est largement utilisé pour sa résistance, sa durabilité et sa facilité d’entretien. Le polyester sèche rapidement, résiste aux plis et conserve bien sa forme. Il est moins respirant que le polyamide.

Largement utilisé dans les vêtements de sport et techniques. Pour le linge de lit et de maison et de nombreux usages.

Acrylique

Ressemble à la laine dans sa texture et est utilisé pour sa douceur, sa légèreté et sa résistance à l’humidité. Il est souvent utilisé dans les vêtements tricotés, comme les pulls et les chaussettes. L’acrylique est beaucoup moins cher que son homologue naturel : la laine.

Polypropylène

Connu pour sa légèreté, sa résistance aux taches et à l’eau. Il est souvent utilisé dans les vêtements de sport, les tapis et les emballages. Il est fréquemment utilisé comme couche « coupe-vent » dans les vêtements de vélo.

Élasthanne (Spandex, Lycra ®…)

Extrêmement élastique, il est utilisé pour ajouter de la flexibilité et du confort aux vêtements, notamment dans les vêtements de sport, la lingerie et les collants, ainsi que les jeans et pantalons « stretch ».

Petite précision, je ne suis pas sûr de l’orthographe de ce mot. On le voit avec ou sans « h », avec un « n » ou deux. Les dictionnaires ne sont pas d’accord non plus. Larousse l’écrit avec deux « n », Robert avec un seul « n ». Bref

Infinité

Il y en a plein d’autres, parfois combiné entre eux et/ou fait à partir de matières naturelles (Tencel, Lyocell, modal…).

Bref, un vaste sujet à part entière dans lequel nous ne rentrerons pas plus 😀

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager | :-)

8 réponses sur “[AVIS] Sous maillot EKOI THERMO EVO : L’alliance parfaite de chaleur et performance pour cyclistes”

  1. Article très détaillé, je comprends mieux l’intéret d’avoir des sous maillots pour faire du sport… moi qui suis plutot frileuse!

    1. Merci 🙂
      Oui c’est indispensable!
      J’en met aussi l’été depuis que j’ai compris l’interet +++

  2. Merci Pascal pour cet article très complet sur ce matériau que je ne connaissais pas. Très pratique pour l’hiver et le prix est étonnament bon marché pour la haute protection qu’il confère !

    1. Merci David !
      Oui. Contrairement à ce qu’on pense ; on peut avoir du très bon matériel pour un prix contenu.
      Tout n’est pas hors de prix heureusement.

  3. L’article sur le sous-maillot EKOI Thermo Evo est vraiment instructif pour les passionnés de cyclisme. Il est intéressant de voir comment cet équipement combine chaleur et performance, ce qui est essentiel pour les sorties hivernales. La description des caractéristiques techniques, comme sa capacité à réguler la température et son confort, est très utile. C’est génial de lire un avis aussi détaillé sur un produit spécifique pour les cyclistes, surtout quand il s’agit de trouver l’équipement parfait pour braver le froid tout en restant performant.

    1. Merci Dieter 🙂
      c’est parfois un parcours du combattant pour trouver des produits efficaces pour l’hiver.

  4. Merci Pascal pour cet article hyper complet. J’aime l’analyse que fais : approfondie et sincère. J’apprécie également la manière dont tu partages en détails ton expérience personnelle. L’accent sur la durabilité, le confort, et la régulation thermique apporte des informations utiles pour tous les passionnés de vélo. Ca me donne envie d’essayer ce maillot!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.