[AVIS] Shimano RC902 : Révolutionnez Votre Pédalage avec le Nec Plus Ultra des Chaussures de vélo de route

Je donne mon avis sur ces chaussures haut de gamme après avoir parcouru avec elles très exactement 13 744,14 kilomètres et 171 sorties. Un test longue durée des Shimano RC902, car je tenais à les avoir utilisés un minimum pour avoir un avis le plus objectif et complet possible.

Utilisées toute l’année et par tous temps : canicule, pluie, hiver, montagne, etc… Je ne les ai pas ménagées et leur esthétique le montre. Mais on ne les achète pas pour les maintenir dans un parfait état visuel. En tout cas, ce n’est pas ma vision des choses même si je fais attention à elles.

Performance, Confort et Technologie : Découvrez l’Excellence Shimano avec les RC902

Les chaussures de vélo jouent un rôle crucial dans l’expérience globale du cyclisme, en offrant non seulement un confort, mais aussi en améliorant la performance du cycliste. Parmi les nombreuses options disponibles sur le marché, les Shimano RC902 se distinguent comme un choix de prédilection pour les amateurs et les professionnels du cyclisme. Conçues avec une attention particulière aux détails et à la performance, ces chaussures incarnent l’engagement de Shimano à fournir des équipements de haute qualité qui répondent aux besoins des cyclistes les plus exigeants.

Sur l’étape 3 de “La route des Grandes Alpes” j’ai pu les voir de mes yeux dans les pieds d’un cycliste professionel en étant sur mon vélo dans sa roue. Un moment rare.

Ces chaussures sont largement diffusées dans le peloton professionnel (en raison du sponsoring ?). D’un autre côté si elles ne convenaient pas, je pense que les équipes n’hésiteraient pas à utiliser d’autres modèles pour les meilleurs éléments. Ou par préférence de certains coureurs. Comme Christopher Froome et son plateau ovalisé O’Symétric.

Les Shimano RC902, également connues sous le nom de S-Phyre, représentent le sommet de la technologie et de l’innovation de Shimano en matière de chaussures de cyclisme. Elles sont le résultat d’années de recherche et de développement, visant à créer une chaussure qui offre une transmission de puissance optimale, un confort exceptionnel et une légèreté inégalée. Shimano, une marque reconnue mondialement pour ses transmissions de vélo, a intégré dans ces chaussures des technologies avancées et des matériaux de pointe pour répondre aux attentes des cyclistes les plus ambitieux.

L’importance du choix des chaussures pour les cyclistes ne doit pas être sous-estimée. Une bonne paire de chaussures de vélo peut non seulement améliorer l’efficacité du pédalage, mais aussi prévenir les blessures et augmenter le confort lors de longues sorties. Les Shimano RC902 sont conçues pour offrir ces avantages, en mettant l’accent sur une interface pied-pédale optimisée qui assure une transmission de puissance directe et efficace.

Je vous parle sans filtre de ces chaussures que j’ai utilisé.

Pourquoi les Shimano RC902 ?

Mes précédentes chaussures de vélo

Il faut savoir que je n’ai pas eu ou testé des dizaines de chaussures de vélo. Les Shimano RC902 sont ma 3e paire de chaussures.

Initiation aux pédales automatiques

Mes premières étaient des SIDI Genius 5, des chaussures « moyen de gamme ». J’étais très enthousiaste, car c’était mes premières chaussures de vélo qui accompagnait mes premières pédales automatiques. Une étape importante dans la vie d’un cycliste. Avant j’utilisais des baskets normales et des cale-pieds.

Malheureusement, bien que ces chaussures semblent idéales pour débuter, j’ai eu des problèmes d’échauffement des pieds quand il faisait très chaud et quand les sorties duraient plus de 3/4h. Sans être un monstre de puissance, je sentais les mouvements de la semelle qui se déformait parfois et me donnait l’impression d’être « molle » ou plutôt flexible. Ça donnait parfois des sensations désagréables de puissance perdue.

Je ne dis pas ça avec le recul.

Craquage complet et chaussures haut de gamme

Juin 2020 : je craque et change de vélo, de casque et de chaussures. Je mets un pied dans le haut de gamme.

Vélo haut de gamme avec transmission électronique. Chaussures de la même marque payées tout de même 240€ malgré une promotion importante. Bref, j’ai craqué.

La crise du COVID, les confinements et le ras-le-bol de mon précédent vélo suite à un évènement peu agréable ont forcément joué. Cela faisait un petit moment que je songeais à changer mes chaussures. Les chaleurs en France sont violentes et j’ai passé des moments difficiles et désagréables avec les SIDI. 

Je peux vous dire que c’est le jour et la nuit en termes de ressenti, de sensation, de confort, d’impression de rendement. J’ai compris aussi la différence de prix.

Je pensais comme beaucoup que les chaussures plus rigides étaient moins confortables, plus exigeantes ou demandaient un certain niveau de forme.

Que Nenni ! de véritables chaussons. Par contre, j’ai bien senti que je plierai avant de faire bouger la semelle d’un demi-millimètre. La semelle est d’une rigidité impressionnante. J’ai dû avoir un temps d’adaptation aux nouvelles sensations.

Les Specialized S-Works 6 sont un vrai bonheur en plus d’être extrêmement belles (avis subjectif).

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elles ne passaient pas inaperçues. J’ai eu beaucoup de commentaires quand je les utilisais.

Dans le grand Ballon d'Alsace
Dans le grand Ballon d’Alsace

J’ai aussi goûté aux boucles BOA qui changent vraiment le serrage. Plus uniforme, moins de pression.

C’est cher, mais on en a pour son argent. Et heureusement, ce ne sont pas des accessoires que l’on doit changer souvent.

Pourquoi pas une autre marque ?

Hélas pour moi, je chausse du 48… C’est déjà relativement compliqué pour les chaussures de la vie de tous les jours, mais c’est encore pire pour les chaussures de vélo.

La plupart des marques s’arrêtent aux pointures 45/46 (comme les chaussettes en fait).

Donc impossible d’envisager des marques qui font d’excellents produits à des prix plus raisonnables comme Van Rysel (anciennement BTWIN) de Décathlon ou EKOI.

Et ce n’est pas faute d’avoir essayé ☹

J’ai eu le bonheur d’avoir entre les mains les Chaussures de vélo cyclo-sport VAN RYSEL rouge de la collection capsule « Rosso » sortie en 2020. Elles étaient sublimes, mais trop petites. Et un prix défiant toute concurrence : 150€. C’était une version « collector » des chaussures Van Rysel. Boucle ATOP (système de disques/molettes micrométriques similaires au célèbre BOA) et semelle 100% carbone fabriqué en Italie. Le rapport qualité/prix est imbattable.

La marque ATOP est moins connue que BOA, mais on en trouve sur de nombreuses chaussures pour le vélo, y compris des modèles haut de gamme comme les chaussures EKOI C4. Mais aussi des chaussures plus accessibles financièrement de la marque : les EKOI R4.

On trouve ce système sur d’autres équipements comme les chaussures de pêche, de sports d’hiver, etc…

Même sur Alltricks, on passe de 247 chaussures à 9 quand on filtre les chaussures « route » sur la pointure 48. Désespérant.

Et dans la majorité des magasins de vélo, ce n’est même pas la peine d’essayer, ce sont des pointures qui sont rarement en stock. D’un autre côté, je comprends les vélocistes. Pourquoi avoir des pointures qui ne se vendent quasiment pas ? Du coup, il faut les commander, souvent au prix public conseillé (PPC) avec un délai plus ou moins important.

Par obligation

Je n’avais aucunement prévu de changer de chaussures. L’état dans lequel étaient mes S-Works 6 était très bon et j’étais satisfait.

J’avais fait une étude posturale qui avait validé les chaussures, je me sentais bien dedans.

J’ai roulé 10 444 kilomètres avec sans aucun problème. (Merci StatsHunters). Par tous les temps, à la montagne, sous la pluie, dans le froid. Ces chaussures sont justes exceptionnelles.

J’ai du mal à me rendre compte des améliorations qu’ils auraient pu faire sur la génération suivante : Les S-Works 7

Même les petites chutes que j’ai eues avec les ont à peine marquées.

Seulement voilà, lors de ma seconde étude posturale j’ai appris avec effroi que je devrais changer mes chaussures. Non seulement je devais les changer, mais par les Shimano RC902 qui offrent une surface de réglage plus grande. Ce sont aussi (et surtout) l’une des paires « grand public » les plus chères. Avec un « prix public conseillé » (PPC) de 360€… Aouch ☹

On trouve régulièrement des tarifs inférieurs au PPC, heureusement. Parfois, sans promotions particulières avec 30% de moins. Les Shimano RC100 se trouvent pour environ 60€ par exemple.

Elles sont dans le haut du panier et pourtant ce ne sont pas les plus chères :

      • Les chaussures en carbone 100% et moulées sur mesure proposées par MG-Custom: entre 650 et 1500€ pour les chaussures de piste.

Lake CX403 Chameleon Bleu-Noir
Lake CX403 Chameleon Bleu-Noir
      • Q36.5 Dottore Clima au prix de 470€. J’ai découvert l’existence de cette marque en 2023 avec l’équipe continentale « Q36.5 Pro Cycling Team » créée en 2023.

  • Il y en a d’autres coûtant plus de 400€ (Suplest, SIDI, Trek, Scott, etc..). Stratosphérique niveau tarif.

J’ai bien tenté de comparer les modèles de la gamme pour tenter de réduire la note. Avant de finir par me rendre compte que les Shimano RC902 avaient bel et bien la plus grande surface pour le réglage des cales. Tant pis.

ModèlePoids (taille 42) (g)RIGIDITE SEMELLEMatière semelleFermeturePPC (€)
Shimano RC1002386Nylon renforcé de fibres de verre3 bandes de serrage Velcro90
Shimano RC3002436Nylon renforcé de fibres de verreBOA® Fit System avec disque L6 (1)110
Shimano RC5022418Nylon renforcé de fibres de carboneBOA® Fit System avec disque L6, 1 sangle150
Shimano RC70225510Composite en fibres de carboneBOA® Fit System avec double disque L6, guide Powerzone220
Shimano RC90223512Composite en fibres de carboneBOA Fit System Li2360
Comparaison des modèles de la gamme Route de Shimano

Et la comparaison des semelles avec mes Specialized S-Works 6 était sans appel.

Caractéristiques

Je ne vais pas vous écrire le communiqué de presse ou les caractéristiques disponibles sur les fiches produits, mais vous parler de l’essentiel.

Semelle 100% carbone

Rien de très exceptionnel, car au-dessus d’un certain prix toutes les chaussures en ont. Rigidité 12 : c’est le maximum chez Shimano, mais chaque fabricant ayant son indice de mesure. Difficile de les comparer et de savoir à quel point elle est plus rigide par rapport à d’autres marques.

Structure

C’est l’une des choses surprenantes sur ces chaussures : il n’y a pas de languette. Étonnant, je n’avais jamais vu de chaussures avec cette caractéristique.

Vous comprendrez en quoi c’est si important par la suite. L’empeigne (tige) est enveloppante « à 360° ».

La chaussure et les semelles sont perforées et promettent une circulation de l’air. Essentiel pour garder les pieds au frais et au sec lors de longues sorties ou dans des conditions de chaleur intense. L’été, une chaussure trop peu aérée gardera l’humidité de la transpiration.

La technologie Dynalast

La technologie Dynalast de Shimano est une innovation présente sur de nombreux modèles (y compris les plus bas) qui distingue ses chaussures de cyclisme. Les Shimano RC902 en sont pourvues. Cette technologie est le résultat d’une recherche approfondie sur la biomécanique du cyclisme et viserait à optimiser la forme de la chaussure pour une meilleure efficacité de pédalage.

Je vous avoue que je n’ai pas vu la différence avec mes Specialized S-Works 6 et je ne suis pas équipé pour mesurer un tel gain, mais je vais vous en dire quelques mots.

La technologie Dynalast de Shimano, grâce à sa forme exclusive, jouerait un rôle crucial dans la minimisation de la perte d’énergie durant la phase de pédalage. Cette conception innovante favoriserait une position plus naturelle du pied, engendrant un mouvement de pédalage plus fluide et arrondi et limitant le point mort au pédalage. Cela permettrait de maintenir une puissance constante avec moins d’effort, ce qui se traduit par une performance améliorée et une fatigue réduite sur les parcours longs.

Les molettes BOA

Ce n’est pas une révolution, un grand nombre de chaussures de vélo en dispose et c’est systématique sur les chaussures haut de gamme. Petite explication.

Le système BOA est une technologie de pointe offrant un ajustement précis grâce à un mécanisme de fils (en acier ou en nylon) enroulés autour d’une molette actionnable. Ce système permet de répartir la pression de manière uniforme sur le pied, réduisant ainsi les points de pression et augmentant le confort. Facile à ajuster d’une seule main, le BOA est idéal pour les ajustements en roulant. D’une seule main. Idéal pour ajuster le serrage en fonction de ses sensations, pour un final musclé ou une pancarte. On trouve généralement une ou deux molettes, parfois associée(s) à un autre système de serrage. Souvent un scratch à l’avant. Comme sur les Specialized S-Works 6.

Le « sprint pancarte » est une pratique courante dans le cyclisme qui consiste à accélérer vers un panneau ou une « pancarte » spécifique, que ce soit à l’entrée d’une ville lors d’une sortie en groupe ou au sommet d’une côte lors d’une ascension.

Sa précision et sa capacité à maintenir un serrage constant en font un choix privilégié parmi les cyclistes de haut niveau et ceux recherchant le meilleur en termes de performance et de confort. Toutefois, ce système est généralement plus coûteux et donc les chaussures qui en ont plus cher. Sa durabilité est généralement excellente et il est possible de remplacer en cas de casse ou de dysfonctionnement. Certains modèles sont même garantis à vie. Malgré quelques chutes avec mes chaussures, ça n’a jamais cassé.

Avantages

  • Précision maximale : Offre un ajustement très précis grâce à un système de lacet enroulé qui peut se serrer où se desserrer en fonction du modèle.
  • Facilité d’utilisation : facile à ajuster d’une seule main, même en roulant.
  • Répartition uniforme de la pression : Diminue les points de pression sur le pied.
  • Réparation : Bien que le système BOA soit durable, il peut être plus compliqué à réparer ou remplacer en cas de problème.

Inconvénients :

  • Prix : Souvent le système le plus cher. Mais on en trouve de plus en plus sur les chaussures milieu de gamme. Voire des chaussures accessibles comme les Shimano RC300 que l’on trouve à un peu moins de 100€. Le modèle BOA L6 ne permet pas de desserrer cran par cran comme les modèles plus haut de gamme. Une fonction très pratique, mais pas indispensable. Il faudra débrayer totalement le système et l’enclencher à nouveau. Rien de compliqué.

Un symbolisme très parlant.

L’image du BOA vous l’avez ?

Ce serpent majestueux et puissant (je suis totalement subjectif, j’adore les serpents 😁) de la famille des boïdés et dépourvu de venin. Une méthode de chasse redoutable : la constriction. Le serpent s’enroule autour de sa proie, l’étreint très fortement de manière continue et progressive tant qu’il détecte un mouvement. Jusqu’à provoquer une coupure du flux sanguin, une suffocation ou une perte de connaissance de sa victime.

Telle est la promesse des systèmes BOA : un maintien puissant et sans faille.

Les autres systèmes de serrages de chaussures de vélo.

Le choix du système de serrage pour les chaussures de vélo est un élément crucial. Ce mécanisme ne se limite pas seulement à maintenir le pied en place ; il influence directement le confort, la performance et l’efficacité du pédalage. Avec l’évolution de la technologie et des matériaux, plusieurs options sont désormais disponibles sur le marché, chacune présentant ses propres avantages et inconvénients. Que l’on recherche la simplicité et la légèreté, un ajustement ultra-précis, ou encore un système offrant une répartition uniforme de la pression, il existe un système de serrage adapté à chaque besoin, des préférences et du budget.

Les lacets

Le système de serrage à lacets est le plus traditionnel et offre une personnalisation maximale du serrage. Chaque cycliste peut ajuster la tension et la répartition de la pression selon ses préférences personnelles, offrant un ajustement « sur mesure ». Les lacets sont également les plus légers des systèmes de serrage et peuvent contribuer à un look classique et épuré de la chaussure.

Depuis quelques années, ils reviennent à la mode pour leur côté vintage et esthétique. Specialized à même sorti un modèle à lacet haut de gamme. Des S-Works 7 vendues 350€.

S-Works 7 à lacets
S-Works 7 à lacets

Ils avaient presque disparu du paysage hormis quelques produits de niches comme les chaussures de style « vintage » fabriqué en cuir véritable. Les marques classiques les avaient totalement délaissées. Quelques modèles de plusieurs marques sont disponibles aujourd’hui.

Avantages

  • Personnalisation : Offrent une possibilité de réglage très précise et un ajustement « sur mesure ».
  • Légèreté : C’est souvent le système de serrage le plus léger.
  • Esthétique : Certains cyclistes préfèrent leur look classique et vintage.

Inconvénients

  • Ajustement dynamique : Impossible d’ajuster le serrage en roulant.
  • Maintien : Le serrage devient moins efficace au fil du temps, nécessitant des réajustements.
  • Rapidité : les lacets prendront plus de temps avant chaque sortie par rapport aux autres systèmes.

Serrage par scratchs (appelé couramment «Velcro® »

Les velcros sont le système de serrage le plus simple et le plus commun. Ils fonctionnent grâce à des bandes de tissu auto-agrippant qui se collent entre elles pour fermer la chaussure. Ce système est apprécié pour sa facilité d’utilisation, permettant des ajustements rapides même en mouvement. Les velcros sont également reconnus pour leur légèreté et leur résistance à la rupture, offrant une bonne durabilité dans des conditions variées. Leur principal atout réside dans leur coût, généralement inférieur à celui des autres systèmes, rendant les chaussures équipées de velcros plus accessibles financièrement.

Shimano RC100

Avantages :

  • Simplicité d’utilisation : faciles à ajuster, même en roulant.
  • Légèreté : Moins lourds que d’autres systèmes de serrage.
  • Durabilité : Moins susceptibles de se casser en cas de chute.
  • Prix : Souvent moins chers que les autres systèmes de serrage.

Inconvénients :

  • Moins de précision : L’ajustement peut être moins précis que les systèmes à cliquet ou BOA. On est limité par la bande et le serrage et moins homogène.
  • Maintien : le système peut se desserrer plus facilement, surtout sous la pluie ou avec la boue. Moins efficace dans le temps à cause de l’environnement (poussières, etc).

Boucles à cliquet (ou boucles micrométriques)

Les boucles à cliquet permettent un ajustement plus fin et personnalisé grâce à un mécanisme de serrage qui se ferme par petits crans. Ce système offre un excellent maintien du pied, réduisant le risque de mouvements indésirables ou de glissements pendant le pédalage. Les boucles à cliquet sont particulièrement appréciées des cyclistes recherchant un équilibre entre performance et confort. Bien qu’un peu plus lourdes que les velcros, elles restent un choix populaire pour leur robustesse et leur capacité à fournir un serrage sécurisé sur longue durée. Le principal inconvénient des boucles à cliquet réside dans leur susceptibilité à la casse en cas de chute et leur coût légèrement plus élevé comparé aux systèmes plus simples.

On les trouve souvent associés à des serrages par scratch sur les chaussures milieu de gamme comme mes premières chaussures : des SIDI Genius 5.

SIDI Genius 5
SIDI Genius 5

Avantages

  • Précision d’ajustement : Permettent un ajustement plus fin et personnalisé.
  • Solidité : Offrent un bon maintien du pied.

Inconvénients

  • Poids : Plus lourds que les scratchs/Velcros.
  • Prix : Plus chers que les lacets et les scratch/velcros.
  • Réparation : Plus susceptibles de casser que les Velcros en cas de chutes, ils nécessitent des outils spécifiques pour le remplacement.

Des chaussures fantastiques

C’est sûr que le titre présage de mon avis global sur les chaussures, mais je vous expliquerai pourquoi je pense ça, mais aussi ce qui ne me va pas avec ces chaussures.

Petite précision, comme je l’indiquais au début c’est très compliqué de trouver des chaussures en pointure 48. Aucune disponibilité sur les sites internet français ni en magasin. Pour ces derniers, après avoir appelé quelqu’un, un vélociste m’a proposé de les commander, mais au prix public conseillé de 360€ et avec un délai que je jugeais (trop) important.

J’ai fini par les trouver sur un site allemand… au prix de 280€… 😢 sniff

Au moins je les avais. Un vent d’espoir sur le fait que je pourrais reprendre le vélo sereinement après le choc de l’étude posturale à Altkirsh.

Hélas pour moi qui les voulais en rouge, il n’y avait que du bleu ou du noir. J’ai choisi les bleues. Quitte à avoir des chaussures aussi chères, autant qu’elles soient les plus jolies possibles.

Superbes esthétiquement

Des images valent mieux que 1000 mots. Les finitions sont impeccables et elles sont si belles que je me suis senti presque embêté de les utiliser. Sachant très bien que les utiliser affecterait leur état esthétique.

La tige qui recouvre la semelle est superbe, mais on a peur pour son maintien esthétique avant même de les utiliser.

Quelques mois plus tard, durant des promos, j’ai acheté les rouges que je me suis résolu à revendre : parfaitement inutile d’avoir deux paires de chaussures. Ce sont des équipements qui durent longtemps et d’ici à ce que celle que j’utilise soit hors de service, de nombreux modèles seront sûrement sortis. Le lot de consolation sera le petit bénéfice que je ferais en les revendant.

Un confort exceptionnel…

L’une des choses qui m’ont vraiment marqué en les mettant la première fois c’est le confort. Un confort si impressionnant qu’on a le sentiment d’avoir glissé ses pieds dans des chaussons. Vous savez ceux qui sont tous doux. Pourtant on est fermement maintenu et parfaitement calé dedans. Aucun mouvement du pied, y compris au niveau du talon.

Je ne pourrais pas dire que les Specialized S-Works 6 n’étaient pas confortables, mais en les enfilant je savais/sentais que j’étais dans les chaussures de vélo. Le confort est plus brut, moins feutré par rapport aux Shimano RC902.

Le serrage est si homogène qu’on ne le sent pas du tout même en serrant très fort. Aucun point de pression. On ne sent pas du tout de différences entre les parties de la chaussure non plus. L’empeigne enveloppante effectue parfaitement son travail.

Effet BOA ? Mais tous en douceur 🙂

Source

Précédemment, le serrage était parfait selon moi qui n’avais pas connu de BOA, mais il était moins homogène. Il y avait moins de guides et de chemin de câbles aussi. Il m’arrivait sur les S-Works 6 de devoir replacer la languette qui faisait un point de pression quand elle était mal placée. Le serrage a scratch à l’avant était, soyons honnêtes, parfaitement inutile. Je me suis toujours demandé s’il était là pour faire joli.

Les BOA Li2 permettent un réglage très précis avec la possibilité de desserrer ou de débrayer totalement le système si besoin. Un feeling totalement différent au toucher qu’avec les Boa® S2-Snap qui avait un peu plus de grip. Les molettes donnent une impression plus massive sûrement due à la forme plus ronde.

… par tous les temps.

Je les ai utilisés par tous les temps.

Canicule

J’ai pu traverser plusieurs épisodes de canicule avec des températures jusqu’à +38°C (vues).
Mes 10 conseils pour faire du vélo avec la chaleur.

Dans ces situations, ce qu’on attend des chaussures est de ne pas provoquer d’échauffement sous la plante du pied, d’être suffisamment aérées pour ne pas se sentir dans une cocotte-minute. Le fait de pouvoir desserrer la chaussure en roulant est un plus, car les pieds peuvent gonfler.

J’ai eu des moments horribles avec mes premières chaussures : les SIDI Genius 5. Dès que le mercure grimpait, j’avais mal à la plante du pied et des échauffements à la limite du supportable. Aucun souci avec les S-Works 6.

Les Shimano RC902 sont bluffantes sur ce point, le confort est exceptionnel dans ces conditions. On ne sent ni ses pieds ni les chaussures et la ventilation est très agréable. Même dans des cols où la vitesse est réduite. Note : 9/10 sur ce point.

Automne, hiver et froid.

Je roule par tous les temps et toute l’année. Bien sûr, je ne pourrais prendre mon vélo les jours où il y a 10 cm de neige, mais le froid ne m’arrête pas.

Faire du vélo en automne. Pourquoi ? Comment ?

Je n’ai pas de chaussures spéciales « hiver » que je trouve inutiles. Elles ne sont pas totalement étanches dans le temps, ont un coût non négligeable et nécessitent d’acheter des cales supplémentaires. Les cales Speedplay coûtent assez cher et je risque d’avoir des soucis pour le réglage.

En cas de pluie soutenue, il faudra mettre des couvre-chaussures. De mon point de vue, autant utiliser les mêmes chaussures et chercher de très bons couvre-chaussures. Et puis chaussant du 48, je ne vais pas me rajouter une galère pour trouver des chaussures que j’utiliserai peu.

Pour ceux que ça peut intéresser, EKOI a deux modèles de chaussures adaptés pour l’hiver :

Par exemple les Chaussures route hiver EKOI W4

chaussures-route-hiver-ekoi-w4
chaussures-route-hiver-ekoi-w4

Je vois de nombreux cyclistes passer en chaussures VTT dès l’automne. Elles sont plus pratiques pour marcher dans la boue et autres joies de ces saisons.

On trouve les chaussures « hiver » Shimano SH-MW501 et Shimano MW701

Fin de la parenthèse.

Après plusieurs essais, j’ai trouvé de très bonnes surchaussures et selon les situations météorologiques, je choisis le plus adapté. J’en parle dans cette vidéo et je donne mon astuce pour les chaussures l’automne et l’hiver.

Les plus efficaces pour la pluie que j’ai sont les SPATZWEAR « Legalz GLO » UCI Legal Race.

Puisque ce sont des chaussures d’été, j’obstrue les ouvertures autant que possible quitte à avoir les pieds un peu humides par la transpiration. On a vite fait d’avoir les pieds gelés avec les aérations.

Je n’ai pas eu de problème particulier avec elles quand elles sont associées aux bons couvre-chaussures.

Même en ayant froid aux pieds parce que j’ai mal évalué la météo (ou le bulletin était pour le moins optimiste) le confort des chaussures est bien là et ce n’est pas désagréable de rouler.

Lever de soleil agréable à vélo
Lever de soleil agréable à vélo malgré la température

A ce moment je ne sentais ni mes mains ni mes pieds. Mais émerveillé par le lever du soleil.

[CONSEILS] Rouler la nuit : pourquoi ? comment ?

Le reste du temps.

Je n’ai pas un seul moment où je les ai trouvés désagréables ou inconfortables. C’est assez surprenant. Ces chaussures offrent une plage d’utilisation très large.

J’ai traversé les Alpes à vélo avec, fais 2 Rapha Festive, une étape du Tour, une cinglée du Mont Ventoux, des sorties faciles et d’autres affreuses. J’ai utilisé ces chaussures durant toutes les conditions possibles, je pense.

Y compris sur les longues distances.

Après une visite « étude posturale » (épisode 3 que je n’ai pas encore publié), la première sortie que j’ai faite avec les Shimano RC902 était une cyclosportive et a fait 202 kilomètres. Une entrée en matière sérieuse.

Après cette sortie j’ai compris que j’entrais dans une autre dimension avec ces chaussures tant j’ai été charmé par le confort qui égale l’efficacité ressentie des chaussures. On a le sentiment que toute la puissance est transmise au vélo.

Je peux vous dire qu’elles restent confortables malgré de longues heures à pédaler et aux pieds.

Mes faits d’armes ? 2 sorties de plus de 300 kilomètres, 4 sorties avec une distance comprise entre 200 et 250 kilomètres et 4 sorties entre 150 et 200 kilomètres.

La plus longue ? 11 h 16 de déplacement et une durée écoulée de 13 h 24. J’ai passé la journée dans les chaussures.

Shimano RC902 : des chaussures parfaites ?

Hélas non.

J’aurais aimé que ce soit le cas, mais malheureusement le point noir de ces chaussures que j’ai pu constater est très embêtant pour moi.

La pluie

Je roule sous la pluie toute l’année et malgré les précautions mises en place, il arrive que les chaussures prennent l’eau.

  • Cas n°1 : prévision météo inexacte et pluie surprise.

  • Cas n°2 routes mouillées dans une zone durant une sortie prévue sèche.

Dans ces cas, en quelques minutes, on peut avoir les pieds mouillés. À moins qu’il ne fasse froid, ce n’est pas un problème pour moi et les chaussures ne perdent pas leur confort durant l’utilisation. Ce qui est déjà pas mal.

Le problème ? Le séchage !!

C’est là que le bât blesse… Elles sèchent très difficilement. J’ai tenté le séchage à l’air libre au soleil, dans une pièce chauffée comme la salle de bain l’hiver, les retourner… rien à faire : le séchage est difficile. Cela met beaucoup trop de temps à mon goût. Surtout quand on enchaîne les sorties pluvieuses. Partir avec des chaussures mouillées est tout sauf agréable. Pour des raisons évidentes, il faut éviter de les poser sur un radiateur : cela les détériorera prématurément.

Ce n’était pas un problème avec les Specialized S-Works 6, qui séchaient parfaitement en une nuit après être rentrés les chaussures gorgées d’eau. Mais il y avait moins de mousse intérieure.

La mousse joue sur le confort général, mais le revers de la médaille est un peu contraignant.

La tenue dans le temps.

Je suis assez impressionné par la tenue dans le temps en dehors de l’esthétique. La chaussure est bien marquée sur le dessous de la chaussure qui est plus exposé, mais autrement c’est très bien.

J’ai fait quelques petites chutes avec qui ont à peine marqué les chaussures. Le cuir synthétique de la tige est solide et durable.

Visuellement, on voit qu’elles ont été utilisées, la partie du talon est rayée, mais rien d’exceptionnel.

Elles ont vécu… de nombreuses choses. Cela se voit quand on les regarde de très près mais n’ont pas perdu de leur superbe ni de leurs qualités. Elles devraient m’accompagner sans encombres des milliers de kilomètres encore. J’espère beaucoup de milliers.

La meilleure façon de garder ses chaussures en parfait état est de ne pas les utiliser.

D’excellentes chaussures de vélo

Si on met de côté le point négatif (et le tarif qui est loin d’être accessible à tous), ce sont d’excellentes chaussures de vélo. J’ai pu les tester en long et en large, par tous les temps, et je dois dire que je suis ravi.

Pour le tarif, heureusement que les chaussures sont un équipement qui, dans des conditions normales hors problème de fabrication, durent longtemps. Ce n’est pas un consommable que l’on doit remplacer régulièrement. Cela atténue un peu le tarif si on les voit comme un investissement pour plusieurs années de pratique.

Est-ce nécessaire d’acheter des chaussures de vélo aussi onéreuses ?

L’achat de chaussures de vélo haut de gamme, telles que les Shimano RC902, représente un investissement significatif, soulevant la question de leur nécessité. D’un côté, les avantages sont indéniables : une meilleure efficacité de pédalage, une rigidité importante, un confort exceptionnel sur longue distance, et une durabilité accrue face aux conditions d’utilisation variées. Ces caractéristiques peuvent se traduire par une amélioration notable de la performance pour les cyclistes qui participent à des compétitions, justifiant ainsi l’investissement.

Cependant, pour les cyclistes occasionnels ou débutants, l’importance de chaussures aussi coûteuses peut être moins évidente. Le coût élevé peut représenter un frein, surtout si l’on considère que des gains de performance significatifs peuvent également être obtenus avec des équipements moins onéreux. De plus, pour ceux qui roulent principalement pour le plaisir ou la forme physique sans chercher à maximiser chaque seconde, l’investissement dans des chaussures de vélo haut de gamme pourrait ne pas être prioritaire.

De façon général, il est essentiel de considérer l’adéquation entre les besoins spécifiques du cycliste et les avantages offerts par les équipements utilisés. Pour les passionnés qui cherchent à optimiser leur performance et qui passent de nombreuses heures sur la selle, investir dans des chaussures haut de gamme comme les Shimano RC902 peut être justifié. Ou tout simplement par pur plaisir. On goûte au matériel qu’utilisent les cyclistes professionnels et un niveau de confort et d’efficacité supérieur.

Pour les autres, ce n’est ni obligatoire ni indispensable. Il existe une large gamme de chaussures offrant un bon équilibre entre caractéristiques, confort et prix, qui peuvent s’avérer être un choix plus adapté. En fin de compte, le choix doit être guidé par une réflexion sur ses propres objectifs, son budget, et la fréquence d’utilisation, afin de trouver le meilleur compromis entre performance, confort et investissement.

Mais si vous avez les pieds sensibles, des inconforts handicapants, des échauffements qui vous empêchent de profiter du vélo et y prendre du plaisir. Envisager des chaussures haut de gamme peut être une solution qui révolutionnera votre pratique. D’autant plus que l’on peut trouver ces chaussures lors des périodes des soldes à des tarifs (certes élevés) qui les rendent plus accessibles.

La paire rouge m’a coûté environ 160€ en promo ; un tarif dans la fourchette des chaussures « moyen de gamme ».

Conclusion

Les Shimano RC902 se distinguent comme une référence dans le monde des chaussures de cyclisme, offrant une combinaison inégalée de performance, confort et innovation technologique. Grâce à des caractéristiques telles que la technologie Dynalast, le système de fermeture BOA, et une semelle en carbone, elles répondent aux attentes des cyclistes les plus exigeants. Les retours d’utilisateurs et les tests spécialisés confirment leur statut de chaussures de haute performance, capables d’améliorer significativement l’expérience cycliste, que ce soit en compétition ou lors d’entraînements intensifs.

Pour les cyclistes passionnés, ceux qui visent l’excellence et les cyclistes qui rencontrent des problèmes avec leurs chaussures, les Shimano RC902 représentent un choix judicieux, capable d’offrir des avantages sur la route. Pour les amateurs et les débutants, il est important de peser le pour et le contre. Il faut garder à l’esprit qu’il existe de nombreuses options sur le marché capables de fournir un excellent équilibre entre qualité et coût. Il vaut mieux par exemple bien s’habituer aux pédales automatiques avant d’envisager un tel achat. Au risque de sérieusement abimer ses belles (et chères) chaussures.

Choisir les Shimano RC902 ou toute autre chaussure de vélo haut de gamme devrait résulter d’une réflexion approfondie sur ses aspirations cyclistes. L’équipement choisi est non seulement un outil de performance, mais aussi un compagnon de route fidèle, là où chaque coup de pédale mène vers l’atteinte de ses objectifs personnels.

Depuis, la génération suivante est sortie : les Shimano RC903. Visuellement, elles ont plus d’aération et un design différent. Toujours une rigidité de 12, des BOA Li2 et toujours aussi belles !

Shimano RC903 red
Shimano RC903 red

As-tu déjà testé les Shimano RC902 ou envisages-tu de les acquérir ? Partage tes expériences, questions ou hésitations en commentaire. 🙂

Si non, quel(s) modèle(s) de chaussures de vélo utilises-tu ?


Bonus : éditions spéciales limitées.

Je vous partage une paire de chaussures qui m’a fait tourner la tête (et l’œil quand j’ai vu le PPC de 399€) : une édition limitée couleur champagne des Shimano RC903. Magnifique !

Si j’en avais les moyens, je les aurais achetés juste pour les exposer 😀 (#joke, mais peut-être pas tant que ça ^^).

Je trouve ça super qu’ils fassent des versions différentes, mais je trouve ça tellement triste que ces œuvres esthétiques soient exposées aux conditions de la route.

Les autres

J’ai toujours suivi de temps en temps l’actualité des chaussures en éditions limitées. C’est comme cela que j’ai pu avoir les “VAN RYSEL rouge de la collection capsule « Rosso »”.

Je vous partage quelques images d’anciennes collections capsule qui m’ont marqué.

Ces chaussures sont onéreuses mais magnifiques ! Il y a eu de nombreuses collections chez Specialized en collaboration avec Peter Sagan.

Le seul cycliste de l’histoire a avoir offert à un pape un vélo de route au couleur du Saint-siège ! Malheureusement, pas d’images du Pape François en faisant avec le maillot de champion du monde.

Une image qui reste exceptionnelle. Le pape François le revendra aux enchères, comme la plupart (tous?) ses cadeaux.

Source
Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager | :-)

8 réponses sur “[AVIS] Shimano RC902 : Révolutionnez Votre Pédalage avec le Nec Plus Ultra des Chaussures de vélo de route”

    1. Oui! On se rend compte que le moindre équipement a demandé des années de travail.
      C’est impressionnant.

  1. Revillard Diane dit :

    Merci pour tous ces éléments.
    J’aime beaucoup l’explication sur le boa et son enserrement, l’image est très parlante.

    C’est impressionnant de voir cette alliance très pointue entre le design et la technicité pour une paire de chaussures qui est bien sûr un élément essentiel pour tous ceux qui pratiquent un sport en intensif.

    1. Merci ! 🙂
      ça m’a fait tilt en écrivant, je n’y avais jamais pensé avant.

  2. Merci beaucoup pour cette bible complète 🙂 C’est très rare de trouver des informations de qualité sur le sujet. Votre blog est une référence !

  3. Le choix des chaussures est très important. Un grand merci pour ton article détaillé et passionné sur les Shimano RC902. Ta review est non seulement complète, mais elle transmet également ta passion et ton expertise en matière de cyclisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.